Brôde ou adokaflê

À l’origine, adokaflê était l’appellation donnée, par le dioula, au prêt-à-porter neuf venu d’Occident et exposé dans les vitrines au Plateau.

Quand les premiers ghanéens se lancent dans l’importation et la vente du prêt-à-porter usagé sur les marchés ou dans les rues d’Abidjan, ils criaient « from abroad ».
From abroad signifiant « de l’étranger, importé, venu d’ailleurs ». Les trois états fournisseurs du marché africain étaient le Texas, La Californie et surtout New-York d´où venait  le gros lot. La principale Wareouse de New-York se trouvait sur Broadway. Et comme si cela ne suffisait pas, la fripperie américaine était redistribuée dans toute l´Afrique à partir de Broad Street à Monrovia. Une rue qui n´est pas sans rappeler la rue 12 à Treichville.

L’ivoirien récupère « from abroad » et en fait « brôde » pour designer ce « prêt-à-porter usagé venu de l’occident ».
Ces vêtements atterrissaient sur le marché ivoirien en provenance des USA via Monrovia au Libéria. Ça coïncidait avec la vague hippie, yéyé.
Les vendeurs et les prestataires de services à la criée étaient légions.

Plus tard sont apparus des synonymes tels « yougou-yougou » ou sortir du ballot, secouer et essayer( ka yougou-yougou, ka don ka flê).
Et comme tout n’était pas déjà porté, certains avaient justes de petites erreurs de fabrication, il était possible de trouver du nouveau dedans; cela donna naissance au raccourci « Toutrounou » de la prononciation déformée de « Tu trouves nouveau » ou « Tout trouver même nouveau » qui coïncide aussi avec
l´expression agni « fouille dedans ».

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>