Xénophobie? Peut-être! Afrophobie? Certainement!

Des images d´êtres-humains prisonniers dans des pneus et en proie à des flammes qui les brûlent vifs devant une mob en forme de cercle qui assiste, en extase , à la « danse de la mort »: soubresauts d´une créature de Dieu dans les flammes, écroulement, inertie totale. En quelques minutes. En trois actes
Des images d´êtres-humains qui sont découpés en morceaux à la machette où des images de crânes qui sont fracassés à l´aide de briques envoyées avec une violence inédite Des images aussi qui nous montrent des êtres-humains (enfants et des femmes y compris) qui sont défenestrés du haut des buildings de Durban, de Johannesburg ou de Cape Town…. Le tout sur  fond de foules surexcitées et armées avec des briques, des machettes, de l´essence, des barres de fers, de bâtons de bois massifs…
Les bruits effroyables des machettes qui sont aiguisées à intervalles réguliers sur l´asphalte à glacer le sang…
La barbarie dans toute sa splendeur: nue, insoutenable, horripilante et horrible.

Ces scènes d´horreurs ne se passent pas n´importe où ailleurs en Afrique! Elles se passent en Afrique du Sud! Au pays de Nelson Mandela. Au pays de la seule bombe atomique africaine, des premières greffes du cœur et du pénis, au pays arc-en-ciel qui peut revendiquer la plus grande et la plus longue expérience multiculturelle qui soit en Afrique.
Elles se passent vingt-cinq ans après la fin de l´Apartheid qui a opprimé les Noirs pendant plus d´un demi siècle, trente-huit ans après la mort mort suspecte de Steve Biko, trente-neuf ans après les émeutes de Soweto.
Pas surprenant car l´Afrique du Sud est coutumière du fait. Les mêmes scènes d´exactions se produisent régulièrement sous nos yeux depuis 1997 avec des temps forts en 2008, 2009, e2010 et maintenant, en 2015. Avec, chaque fois, des m morts, des sinistrés, des déplacés.
Chaque fois, aux tueries, succédaient des arrestations puis des mises en liberté dès que les feux de la rampes se sont éteints. Comme, par exemple, en 2008; 60 morts, 1400 présumés furent arrêtées.
Mais aucune inculpation donc aucune condamnation. Si ce n´est pas encourager au recommencement!
Même si l´ouverture d´une enquête a été ordonnée (pour la forme sûrement) par Thabo Mbeki, ce « chantre » du panafricanisme et de la solidarité africaine qui, on le sait, n´a pas brillé par sa volonté politique de prendre le problème à bras le corps. Zuma ne fait pas mieux qui attend trois semaines et demi avant de  réagir. Enfin!  Cette fois encore, des personnes ont été arrêtés! J´ose espérer, sans optimisme béat, qu´elles répondront de leurs actes devant les tribunaux.

Bref! Et comme toujours les victimes sont noires. Elles viennent, pour la plupart, du Zimbabwe, du Mozambique, de la RD Congo, de Somalis, d´Éthiopie, du Malawi, Zambie et du Nigeria.
Et toujours sous le fallacieux prétexte que les étrangers (en réalité ils pensent aux africains), non contents d´êtres des criminels et des revendeurs de drogue, leur volent aussi leurs emplois et leurs femmes.
Ironie du sort! Durant les périodes fastes de l´Apartheid, ce sont ces mêmes pays dont les ressortissants sont tués depuis trois semaines qui offraient gîtes et logis, protection et passeports, soutiens diplomatiques et financiers à L´ANC (au pouvoir depuis 1990).

Pourquoi toujours les mêmes boucs-émissaires? Pourquoi toujours les noirs africains? Des étrangers  blancs tels les britanniques, les allemands, les français, les italiens, des américains…il en existent en quantité et dépasseraient le million. Alors pourquoi pas eux? Mon propos n´est pas de leur souhaiter quelque mal que ce soit , au contraire, mais de mettre en évidence la haine sélective de nos frères zulus qui savent qui ils peuvent tuer impunément devant les caméras.  Avec la complicité des autorités politiques, de la chefferie zulu,  de la presse , des policiers…du système! En Afrique du Sud, on a beaucoup plus affaire  l´AFROPHOBIE qu´à la xénophobie.

C´est Madiba qui se retourne dans sa tombe.

Une réponse à Xénophobie? Peut-être! Afrophobie? Certainement!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>